LA FATIGUE

LA FATIGUE

Il est d’abord important d’éliminer une pathologie sous-jacente, car plusieurs maladies vont présenter un état de fatigue. La première étape est de voir un médecin pour faire un bon questionnaire et un examen physique complet. Par la suite un bilan sanguin est demandé pour compléter l’investigation afin de mettre en évidence ou non un problème.

À noter que les troubles du sommeil, l’anxiété, la dépression, la douleur chronique sont tous reconnus pour entraîner de la fatigue. Ces conditions seront traitées individuellement.

  • Formule sanguine complète (FSC) : elle sert à éliminer une anémie ou une affection des globules blancs (leucémie, lymphome). L’anémie peut être dûe à un manque de fer, de B-12 ou à un déficit de production au niveau de la moelle osseuse (aplastique)
  • Ferritine : dosage de la réserve de fer. Un dosage inférieur à 50 ug/L est bas et même sans anémie peut créer un état de fatigue.
  • B-12 : un déficit de cette vitamine peut entrainer une anémie, mais tout comme le fer, un dosage inférieur à 250 pmol/L peut créer de la fatigue.

Propositions/suggestions

  • Anémie par manque de fer : prendre un supplément de fer. 65 mg de fer élémentaire équivaut à 300 mg de sulfate ferreux. Prendre 300 mg de sulfate ferreux / jour pendant 3 mois.
  • Anémie par manque de B-12 : prendre un supplément de B-12, 100mcg / jour pendant 3 mois. Vérifier que l’estomac produit suffisamment d’acide chlorhydrique.
  • Anémie aplastique : favoriser la production de cellules souches dans la moelle osseuse avec un supplément qui stimule le système immunitaire
  • Créatinine et débit de filtration glomérulaire (DFG) : ce sont des marqueurs des reins, et tout ralentissement des reins peut entrainer de la fatigue. Le DFG normal est au-dessus de 90 mL/min. Les reins agissent comme des filtres et ils peuvent « s’encrasser », ralentissant le débit de filtration et augmentant le taux de déchets métaboliques dans le sang. Ceci entraîne un état de fatigue.

 

Propositions/suggestions

  • Faire une détoxication des reins avec des plantes
  • TSH : marqueur de la thyroïde. Il nous indique la présence d’hypo- ou d’hyper- thyroïdie. L’un comme l’autre peut causer de la fatigue.

Propositions/suggestions

  • Hypothyroïdie : plusieurs suppléments existent sur le marché pour rééquilibrer la thyroïde
  • Hyperthyroïdie : traditionnellement, le grémil, le lycope et la mélisse sont utilisés en teinture mère.
  • Cortisol : marqueur des surrénales, il nous indique à quel niveau de stress vous êtes (excitation, adaptation, épuisement). Le stress chronique est l’une des premières causes de fatigue. Par un questionnaire validé, on peut savoir quels types de plantes adaptogènes vous seraient bénéfiques.

 

Propositions/suggestions

  • Selon l’état de vos surrénales, prendre des plantes adaptogènes calmantes ou stimulantes. Une grande variété de produits existe sur le marché.
  • Lorsque le bilan de santé a éliminé les causes potentielles de la fatigue et que celle-ci se prolonge durant au moins 6 mois, on parle de fatigue chronique.

Le SFC se caractérise par une apparition soudaine ou progressive d’une fatigue invalidante persistante, d’un malaise / fatigue post-exercice (PEM), d’un sommeil non réparateur, d’un dysfonctionnement cognitif et autonome, de myalgies, d’arthralgies et de maux de tête. La fatigue n’est pas liée à d’autres conditions médicales, et les symptômes ne s’améliorent pas avec le sommeil ou le repos. L’encéphalomyélite myalgique (ME) peut être considérée comme une forme plus sévère de SFC avec une fatigue extrême et débilitante.

Propositions /suggestions

Les principaux objectifs sont de fournir un environnement de soins de santé avec une équipe qui comprend un ergothérapeute, un physiothérapeute et d’autres thérapeutes appropriés qui géreront les symptômes et amélioreront la capacité fonctionnelle. L’exercice à très faible impact et la thérapie cognitivo-comportementale (CBT) peuvent être bénéfiques pour les patients atteints de SFC léger ou modéré. Cependant, les programmes d’exercices peuvent être contre-productifs dans les SFC sévères à cause des exacerbations prolongées provoquées par l’exercice. Les médicaments ne sont pas curatifs. La pharmacothérapie est indiquée lors du traitement des affections comorbides telles que la douleur, la migraine, les troubles du sommeil, l’anxiété et la dépression.

Voilà quelques suggestions toutes simples qui, à l’usage, pas à pas, peuvent faire une réelle différence pour contrecarrer la fatigue :

Mais qu’est-ce que le véritable repos? Ne rien faire pendant quelques instants, sauf respirer ! Allongez-vous au soleil confortablement et apportez toute votre attention à votre souffle qui entre et qui ressort. Respirez profondément et détendez-vous. Inspirées par le Dr. Servan-Schreiber, nous vous proposons la « Cohérence cardiaque » : une respiration permettant la détente et la revitalisation. (www.cohérencecardiaque.com)

Il existe de nombreuses autres vidéos sur Internet, souvent avec des sons, musiques et images, selon vos goûts. Elles vous accompagnent toutes à ajuster le rythme de votre respiration selon le même modèle.

Boire plus d’eau et prendre un jus de légumes frais chaque jour. Les protéines à chaque repas sont importantes pour votre énergie. Un poudre complète de protéines est facile à intégrer comme complément à vos repas.

Vivifie et oxygène le corps et chacune des cellules. Tout comme les aliments, elle apporte la nourriture à nos cellules pour que celles-ci aient l’énergie nécessaire pour remplir leur fonction. C’est pourquoi respirer est si important. Souvent dans le brouhaha du quotidien la respiration se fige et devient plus superficielle.

Alors voici une respiration toute simple qui peut vous aider lorsque vous êtes fatigué :

  • Prenez d’abord contact avec votre respiration, en portant pendant un moment toute votre attention sur le souffle qui entre en vous à l’inspiration et qui ressort lors de l’expiration, sans vous laisser distraire…
  • Puis, faites en sorte que peu à peu la respiration devienne plus ample, plus profonde tant à l’inspiration qu’à l’expiration.
  • Lorsque la respiration est plus profonde, plus régulière : Inspirer doucement en comptant jusqu’à 6 et accueillez le souffle, l’oxygène en vous. Puis suspendez le souffle (marquer une pause à la fin de l’inspiration avant d’expirer) pendant 3-4 secondes en imaginant, en ressentant que l’oxygène, la vie s’inscrit en vous, jusqu’au cœur des cellules. Et expirer doucement.

Dans votre jardin, dans un parc, un boisé, permettez-vous des promenades quotidiennes tout en douceur. La nature permet aussi une revitalisation. Entrez en contact avec les éléments : terre, air, eau, lumière pour vous en nourrir. Par exemple, vous pouvez vous asseoir au pied d’un arbre en imaginant sa sève qui, des nutriments de la terre, s’élève pour alimenter ses branches, son feuillage. Imaginez la force de la terre, de l’arbre, qui s’offre à vous, à votre corps. Inspirez cette force en vous et lorsque vous expirez, vous imaginez que la fatigue et les tensions qui la créent se dégagent de plus en plus à chaque respiration complète. Par la suite, regardez le vert de la nature, inspirez-le en vous et imaginez que sa chlorophylle vient nourrir votre sang, vos cellules et que vous vous régénérez.

  • Prendre régulièrement de petits moments d’introspection et de réflexion pour identifier les causes.   Je peux me questionner quant aux sources de tensions dans ma vie.  Par exemple,
  • Y a-t-il du surmenage ?
  • Suis-je dans la performance, ai-je de la difficulté à m’arrêter ?
  • Ai-je de grandes préoccupations, des difficultés familiales, relationnelles ou des conflits non résolus ?
  • Suis-je souvent dans un submergement émotionnel ?
  • Ai-je de l’agitation mentale, des pensées lourdes, etc. ?
  • Suis-je stressé ?

Connaître la cause, c’est un premier pas pour sortir graduellement de la fatigue et débuter des changements.

Débuter avec une activité que l’on aime, à faible intensité. Le but est d’augmenter la circulation sanguine. On commence par 5 ou 10 min. Lorsqu’on sent qu’après l’activité on se sent mieux et que la récupération est rapide, on augmente de 5 minutes. Il vaut mieux faire 2 sessions de 5 ou 10 min au début, plutôt qu’augmenter trop rapidement à 20 min.

Selon la médecine chinoise, la fatigue est souvent due à une déficience de l’énergie des reins (base de notre vitalité) ou encore un déséquilibre au niveau de l’énergie du foie (qui emmagasine et filtre le sang).

La vitalité est reliée à l’intensité de la circulation de l’énergie à l’intérieur de soi. Le soin vise donc à permettre l’équilibre des 4 systèmes qui permettent la coordination énergétique du corps : soit le système nerveux, le système sanguin, le système endocrinien et le système des nadis (soit l’ensemble des circuits énergétiques du corps).

Nous avons à déterminer si la fatigue provient du mental, du physique ou encore du monde émotif.

Toutes nos lourdeurs émotionnelles créent de la fatigue, que ce soient des comportements de dépendance (alcool, drogue, affective ou relationnelle, au jeu, à certains types de nourriture, au magasinage, etc.), des blessures, des attachements, des attitudes négatives (bouderies, colères fréquentes, frustrations, ruminer, …), etc.
Un outil tout simple pour dédramatiser ces situations : Souriez !
Plus vous souriez, mieux vous vous sentirez, et vous verrez que c’est contagieux… et addictif.
Et sourire n’exige aucune énergie.
Vous vous en ressentirez allégé… et revitalisé !