Cure de détoxification, les bases pour un choix éclairé!

Cure de détoxification

Quand arrive le printemps, symbole du renouveau, c’est le temps idéal pour une cure de nettoyage pour plusieurs d’entre nous !

Comment s’y retrouver quand ce sujet soulève bien des discussions dans la mesure où il existe plusieurs courants de pensée (cures de jus, jeûnes, plantes, suppléments, etc..) et une panoplie d’offres de cures de détoxification commerciales !

Il faut d’abord se poser les bonnes questions et comprendre un peu plus l’utilité de faire une cure.

Depuis plusieurs années, en fait depuis l’ère de l’industrialisation plus particulièrement, celle-ci a permis de faciliter notre quotidien, mais aussi d’apporter un lot d’enjeux importants et éthiques quant à la qualité de la santé de tous les organismes vivants sur terre. Les sources d’intoxications extérieures et intérieures n’ont jamais été aussi nombreuses !

Les émonctoires sont des organes d’élimination chargés d’évacuer les déchets issus du métabolisme général (digestion, respiration…) ainsi que des toxines et toxiques (pesticides, métaux lourds, tabac, alcool…) En éliminant ces déchets, ils garantissent l’équilibre métabolique, hormonal et immunitaire. Les émonctoires désignent le foie, les reins, les intestins, les poumons et la peau. Lorsque ces derniers sont saturés, différents symptômes peuvent survenir. Là, la cure de détoxification prend toute son importance !

Les symptômes d’intoxication sont très nombreux, diversifiés et d’intensités variables : maux de tête, brume mentale, perte de mémoire, irritabilité, sautes d’humeur, douleurs généralisées, troubles digestifs, problèmes de peau (teint terne, éruptions cutanées, yeux fatigués et cernés), mauvaise haleine, fatigue chronique, fragilité immunitaire, pour ne nommer que ceux-ci parmi bien d’autres.

Il n’est pas nécessaire d’attendre un niveau d’intoxication important pour faire une cure.  Au contraire, la prévention a toujours été un bon remède !

Les règles de base pour une cure optimale :

  • Quand ? Bien que le printemps soit idéal pour faire une cure, l’été ou le début de l’automne peuvent aussi être appropriés.  Toutefois, il est préférable d’éviter les détoxifications tard à l’automne et durant l’hiver puisqu’elles abaissent habituellement la température du corps. C’est pourquoi le choix d’une période de l’année où le corps n’a pas à combattre le froid extérieur est favorisé.
  • Avoir un bon niveau d’énergie : Avant de commencer une cure, il faut s’assurer que notre niveau d’énergie globale est suffisant. En effet, la détoxification, même en étant un processus sain pour le corps, demande beaucoup de ressources à l’organisme. Il est donc important de s’assurer qu’entreprendre une détoxification ne va pas épuiser au lieu de guérir, ou même aggraver un état maladif.
  • À l’écoute du corps: Il est important de bien choisir le niveau de cure qui nous convient, de la faire graduellement, de bien se préparer et surtout d’être continuellement à l’écoute de son corps.
  • Pour bien débuter : Il est majeur de commencer une cure de détoxification par une analyse de l’état de santé général. La « meilleure cure » de détoxification varie d’une personne à l’autre, selon son état actuel.
  • Focus sur les émonctoires ou organes d’élimination : Les sources de toxines, qu’elles soient externes ou internes à l’organisme (exogènes ou endogènes), sont gérées par les organes d’éliminations. Par exemple, si vous souffrez de constipation (*), c’est par là que vous devez commencer : il est important de traiter la constipation avant le début et tout au long de la cure. La constipation entraîne une réabsorption du contenu des intestins vers l’organisme. Durant la détoxification, les toxines prêtes à être éliminées sont envoyées dans les intestins par le foie, par le biais de la bile, pour être évacuées. En cas de constipation, une partie de ces toxines risqueraient donc de retourner dans l’organisme et de causer encore plus de dommage qu’avant la cure. C’est le même principe pour tous les organes d’élimination.
  • De l’eau ! La consommation d’eau de bonne qualité lors d’une détoxification est primordiale. Comptez un minimum de 1,5 à 2 litres d’eau de bonne qualité par jour, en plus de toutes vos autres boissons.

La détoxication chez les enfants ?

Pour les enfants en bonne santé, il est recommandé́ de ne pas utiliser de grands chélateurs, mais plutôt des aliments et quelques plantes médicinales qui nourrissent au moins autant qu’elles nettoient, par exemple le pissenlit, l’ortie et le trèfle rouge.

Pour les enfants souffrant de problèmes de santé, de trouble de l’autisme, de déficit de l’attention et de troubles de comportements importants, une cure est possible dans la mesure où elle est faite en étroit suivi thérapeutique avec un professionnel expérimenté avec cette clientèle.

Autre point important, il est déconseillé et peut s’avérer dangereux d’entreprendre une détoxification lorsque vous êtes enceinte ou que vous allaitez.

Pour terminer, les bienfaits d’une cure de détoxification sont considérables dans la mesure où :

–  l’on garde de mémoire ces quelques règles de bases
–  l’on respecte les limites actuelles de notre corps
–  l’on n’hésite pas à approfondir le sujet et à se faire accompagner par un thérapeute qualifié pour bien orienter la cure en fonction de ses réels besoins.

(*) Quand parle-t-on de constipation ? Un diagnostic médical se réfère à moins de 3 défécations par semaine, et/ou des selles sèches, dures et difficiles à évacuer.   Notons qu’en pratique plusieurs autres symptômes peuvent débuter bien avant. N’hésitez pas à consulter pour vous assurer d’un bon transit intestinal.

Ce seul sujet mériterait un article en soi !

Marie Tranquille, Herboriste, Naturopathe, Énergéticienne et Massothérapeute
Source : La détoxification efficace et sécuritaire de L’École d’Herboristerie FloraMedicina

Suivez nous sur les réseaux sociaux

VOS COMMENTAIRES SONT LES BIENVENUS :

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *